Le Revue de presse

ALGER- Le Secrétaire général de l’Union arabe du Fer et de l’Acier (UAFA), Mohamed Laïd Lachekar a souligné, mercredi à Alger, la nécessité de renforcer la complémentarité arabe en matière de production du fer et de l’acier pour pouvoir investir les marchés internationaux notamment ceux de l’UE.

Intervenant en marge des travaux de la 111ème session du Conseil d’administration de l’UAFA, M. Lachekar a déploré l’absence d »‘accords de partenariat entre les pays arabes et l’Algérie ou encore entre les pays arabes eux-mêmes dans le domaine de la sidérurgie à l’exception du projet algéro- qatari qui concerne la réalisation d’une usine de sidérurgie dans la wilaya de Jijel ».

L’Algérie réalisera en partenariat avec le Qatar une usine de sidérurgie à Bellara (wilaya de Jijel), d’une capacité de production initiale de 2 millions de tonnes qui sera revue à la hausse pour atteindre plus de 4 millions de tonnes à l’horizon 2019.

Un rapport du Secrétariat général de l’UAFA sur l’état de cette industrie dans les pays arabes indique que le taux de la production algérienne en produits plats et en bobines laminées à chaud s’élèvait à 13,30% en 2014 contre 86,7 % pour les autres sur le total de la capacité de production.

Les produits plats sont produits dans 5 pays arabes seulement, à savoir l’Algérie, l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Libye et le Maroc.

  1. Lachekar a appelé à permettre aux acteurs privés en Algérie d’accéder à ce domaine pour augmenter le taux de couverture de la demande, d’autant que le projet d’exploitation des gisements miniers de Ghar Djebilet (Tindouf) représente une importante réserve de fer sur le plan mondial avec près de 3 milliards de tonnes de fer brut.

L’Algérie devrait occuper la quatrième place, sur le plan arabe pour ce qui est de la production de sidérurgie après la mise en service de l’usine de Bellara. Elle atteindra 5 millions de tonnes et sera classée après l’Egypte (11 millions de tonnes), l’Arabie Saoudite (10 millions de tonnes) et les Emirats arabes unis (9 millions de tonnes).

Pour le béton armé, l’Algérie occupe la deuxième place après l’Egypte (7,3 millions de tonnes en 2014 et 9 millions de tonnes en 2017) en termes de consommation du béton armée, soit 4 millions de tonnes en 2014 et prévoit une consommation de 5 millions de tonnes en 2017.

Source : Algérie Presse Service